Créer sa boutique en ligne : l'étape préalable obligatoire....le choix d'une structure juridique

La création d'entreprise implique de choisir une forme juridique....panorama des choix qui s'offrent à vous.
Pour créer votre entreprise vous avez le choix entre l'entreprise individuelle et la société.

Se poser les bonnes questions pour bien choisir

Afin de déterminer quel est le statut le plus adapté à votre situation, il faut se poser certaines questions :

    • Souhaitez-vous vous associer avec un tiers ?
    • Avez-vous un patrimoine personnel à protéger ?
    • Votre activité est-elle risquée ?
    • Avez-vous des besoins importants en termes de financement ?

Dans la majeure partie des cas, si votre réponse est oui pour toutes ces questions, il est préférable d'opter pour une forme sociétaire.

L'entreprise individuelle : une forme juridique simple et moins contraignante

Si vous souhaitez vous lancer seul dans la grande aventure de la création d'entreprise, l'entreprise individuelle est une des formes juridiques qui vous est offerte à choisir. Sa simplicité (absence de rédaction de statuts, pas de capital, formalités de création réduites aux minimums) permet une gestion relativement souple de son entreprise.
Mais l'entreprise individuelle présente un inconvénient majeur : les patrimoines individuels et personnels sont confondus. Ainsi, en cas de problème votre responsabilité s'étendra également à votre patrimoine personnel et vos dettes pourront être recouvrées sur vos biens personnels. La loi offre tout de même la possibilité de mettre votre logement à l'abri grâce à une déclaration d'insaisissabilité devant notaire.

La forme sociétaire et ses diverses options

Si vous optez pour une forme sociétaire, vous pourrez choisir entre :

    • La SARL : société commerciale dans laquelle la responsabilité des associés est limitée à leurs apports. Elle peut comporter de 1 associé (EURL) à 100 associés. Le capital social est fixé dans les statuts. La SARL est soumise à l'impôt sur les sociétés.
    • La SA : société commerciale composée de 7 associés minimum. Chaque actionnaire n'est responsable qu'à hauteur de son apport. Le capital social est de 37000€  minimum. La SA est soumise à l'impôt sur les sociétés.

    • La SAS : une des sociétés commerciales les plus souples. Il n'y a pas de capital minimum, le nombre d'associé est libre, elle permet une très grande liberté statutaire. La SAS est soumise à l'impôt sur les sociétés ou sur option à l'impôt sur le revenu.